Bap sculpteur / plasticien



                                                  
  

20140710_205711.jpg En visitant une exposition de Bap, on perçoit que son Œuvre ne relève pas d’un accrochage traditionnel ; son travail est plus proche d’une installation.

 Ce concept qui se définit par l’occupation de l’espace, par la mise en situation de différentes techniques d’expression et de représentation implique d’emblée que un rapport participatif avec le spectateur.

Le vrai ou le faux, le réel ou l’imaginaire, la lumière ou l’ombre, la mémoire ou l’oubli, l’autobiographie ou le roman… Bap organise son œuvre autour de simulacres. Sa création artistique se distingue des pratiques habituelles : elle est fondée sur le jeu. Chacun des motifs de son œuvre déploie aussi bien une dimension fictive que réelle.

Comme par exemple avec la série « Je suis monté au-dessus des toits » où il nous donne à voir des constructions faites d’ardoises récupérées, découpées et assemblées en préservant la trace du temps. Des ardoises qui auront abrité des vies, des joies, des peines et qui maintenant nous offrent une nouvelle histoire. Il invente des architectures, joue de la trace subtile des souvenirs

Plasticien, il utilise toute source de création possible comme avec le principe des ombres chinoises. L’ombre et sa projection associées au thème des marionnettes suggèrent de nombreuses évocations issues de toutes les cultures et mythologies : la caverne platonicienne, le récit des origines de la peinture par le tracé des contours d’une ombre, la danse macabre des mystères du moyen-âge, jusqu’à l’impression photographique….cette ouverture au sens n’entame pas la dimension onirique et ludique de ce théâtre qui, en fonction des lieux, s’anime selon la configuration à chaque fois renouvelée. L’artiste nous invite même à modifier l’œuvre et à jouer avec les projecteurs afin de créer notre propre imaginaire.

« L’apparente fragilité côtoie la force de l’audace, la présence se double toujours de l’absence, l’apparition de la disparition, la masse de la légèreté, la première lecture de l’œuvre d’une seconde, la narration de la poésie, comme une manière de toujours offrir un possible entre-deux. » précise Bap.

 

Voici une œuvre joyeuse qui vous arrête un instant au bord du chemin lorsque la nuit gagne et qu’il faut conjurer ses peurs et vous invite à suivre ses méandres.

 

Claude Martel

Galerie la source

Octobre 2014

 

 

 

ACTUALITES

 

 

"Quand les Chevaux étaient Bleus"

au Château de Lunéville (54)

du 20 juin au 31 août 2015

 

 

"L'Art dans le ruisseau"

à Conihlac-Corbières (11)

les 18 et 19 juillet 2015

ainsi que tout l'été à la Maison du Ruisseau

 

 

Portes ouvertes de mon atelier

le we du 10 et 11 septembre 2015

 

 

Biennale des Arts Plastiques

à Besançon (25)

du 23 au 25 octobre 2015

 

 

 

 évènements précédents

"La Petite Boutique aux Souvenirs"

du 1er novembre au 3 janvier 2015

A SAULIEU (21) , 35 rue du Marché

(jeu de lumière de 10h à 14h et de 17h à 20h)

cliquer sur l'image pour agrandir et ouvrir le diaporama

 

STA_1955.JPG

 

IMG_1995.JPG  

 

 

IMG_2036.JPG

 

STA_1973.JPG

20141031_191413.jpg

 

 


 

"Méandres"

 

Galerie "La Source", Fontaine lès Dijon, du 5 au 26 Octobre 2014

 

 

 IMG_20140427_162340 (2).jpg

"360" Encre de chine sur papier (détail)


 

Visite de mon atelier et exposition sur rdv